Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP)

Accueil > Événements > Nouvelles > « Femmes, féminismes et mouvements sociaux en Amérique latine »

L’UQAM accueille le 7e Congrès international des recherches féministes dans la francophonie, du 24 au 28 août 2015

« Femmes, féminismes et mouvements sociaux en Amérique latine »

Atelier coordonné par Nancy Thede et Ludivine Tomasso

À l’heure où les mouvements sociaux en Amérique latine font face au problème de la stratégie à adopter par rapport à leurs gouvernements, de nouveaux défis se posent quant aux revendications et aux politiques publiques concernant les femmes. S’il est vrai que, dans plusieurs pays, la redémocratisation et les ‘virages à gauche’ du début du millénaire ont signifié de grands progrès pour les femmes en termes de leur reconnaissance comme actrices politiques et sociales, d’énormes problèmes de violence à leur égard persistent. Par ailleurs, les positions des organisations de femmes et des mouvements féministes varient face à ces enjeux et ne sont pas toujours consensuelles. Cet atelier vise à explorer certains de ces questionnements quant aux liens et aux tensions entre féminismes, organisations de femmes et mouvements sociaux en Amérique latine, à partir de la réalité de la multitude des mobilisations et des enjeux dans lesquels les femmes militent, que ce soit pour l’accès aux opportunités économiques, à des droits sociaux ou encore contre les violences.

Une première séance se consacrera à l’examen du lien entre mouvements de femmes et mouvements féministes, lien qui ne va pas forcément de soi. Selon les contextes, des tensions apparaissent dont les conséquences méritent d’être examinées. Dans la deuxième séance, il sera question de l’engagement des femmes et les stratégies qu’elles utilisent au sein de ces mouvements, à partir notamment des exemples du Brésil et de la Bolivie. Enfin, la question des violences faites aux femmes reste un enjeu majeur des réflexions des groupes féministes et de femmes. Dans certains contextes, il semble que, malgré leurs avancées politiques, les femmes subissent un renouveau des violences genrées. L’impunité est un facteur central de cette dynamique.

Mardi 25 août

11h00 - 12h30. Salle à confirmer - Séance 1 : Féminismes et mouvements de femmes en Amérique latine : des tensions fécondes ? (1h30)
Communications (20 mn chaque) :

  • Nora Nagels (professeure, science politique, UQAM) : Relations de pouvoir entre différents acteurs sociaux féminins et féministes à l’heure de la dépatriarcalisation en Bolivie
  • Anahi Morales-Hudon (post-doctorante, science politique, UQAM) : Dynamiques dans la construction de l’autonomie entre le mouvement des femmes autochtones et le mouvement féministe au Mexique
  • Christine Verschuur (professeure, Directrice du Pôle Genre et Développement Programme Genre, Globalisation et Changements, IHEID, Genève) : La construction des connaissances féministes, les tensions entre mouvements féministes et expert-es genre en Colombie
  • Discussion (30 mn)

14h00-15h30. Salle à confirmer - Séance 2 : Revendications féministes et stratégies des femmes dans les mouvements sociaux en Amérique latine
Communications (20mn chaque) :

  • Charmain Levy (professeure, sciences sociales, UQO) : Le rôle des femmes leaders dans le mouvement d’habitation au Brésil
  • Andrea Martinez (professeure, Université d’Ottawa) et Costanza Torri (professeure, Université du Nouveau Brunswick) Femmes, économie solidaire et processus d’autonomisation : le cas de la coopérative Centro de Saúde Alternativa da Muribeca dans la région métropolitaine de Recife (Brésil)
  • Alejandra Ramirez (professeure, CESU, Bolivie) Agentivités citoyennes plurielles des femmes et mouvements sociaux à Cochabamba
  • Discussion (30mn)

16h00-17h30. Salle à confirmer - Séance 3 : Femmes, violences et lutte contre l’impunité en Amérique latine
Communications (20 mn chaque) :

  • Leila Celis (professeure, sociologie, UQAM) – Le féminicide, un génocide à l’égard des femmes
  • Ludivine Tomasso (doctorante, science politique-concentration en études féministes UQAM) : Mobilisation des femmes autour de la question de l’impunité à l’endroit des crimes commis pendant les dictatures : l’exemple du Pérou
  • Lucie Lamarche (professeure, sciences juridiques, UQAM) L’introduction en Amérique latine de mécanismes minimaux de protection sociale destinés aux femmes dispose-t-il de la question des violences genrées ?
  • Discussion (30 mn)

Flèche Haut